lunes, 13 de abril de 2015

FRANÇOIS-MARIE AROUET (VOLTAIRE, 1694-1778): LE FANATISME, OU MAHOMET LE PROPHÈTE (1736) (Fragmento)





MAHOMET
Il faut un nouveau culte, il faut de nouveaux fers ;
il faut un nouveau dieu pour l' aveugle univers.
En égypte Osiris, Zoroastre en Asie,
chez les crétois Minos, Numa dans l' Italie,
à des peuples sans moeurs, et sans culte, et sans rois,
donnèrent aisément d' insuffisantes lois.
Je viens après mille ans changer ces lois grossières :
j' apporte un joug plus noble aux nations entières :
j' abolis les faux dieux ; et mon culte épuré
de ma grandeur naissante est le premier degré.
Ne me reproche point de tromper ma patrie ;
je détruis sa faiblesse et son idolâtrie :
sous un roi, sous un dieu, je viens la réunir ;
et, pour la rendre illustre, il la faut asservir.


ZOPIRE
Voilà donc tes desseins ! C' est donc toi dont l' audace
de la terre à ton gré prétend changer la face !
Tu veux, en apportant le carnage et l' effroi,
commander aux humains de penser comme toi :
tu ravages le monde, et tu prétends l' instruire.
Ah ! Si par des erreurs il s' est laissé séduire,
si la nuit du mensonge a pu nous égarer,
par quels flambeaux affreux veux-tu nous éclairer ?
Quel droit as-tu reçu d' enseigner, de prédire,
de porter l' encensoir, et d' affecter l' empire ?


MAHOMET
Le droit qu' un esprit vaste, et ferme en ses desseins,
a sur l' esprit grossier des vulgaires humains.

(Acto II, escena 5: fragmento)


La tragedia en verso, en la que se enfrentan el guardián de la Meca, Zopire, y Mahomet, que asedia la ciudad, los cínicos discursos del Profeta, representan los que todo profeta -Voltaire no pensaba en el islam, precisamente, tenía una religión profética más cercana-, de cualquier religión, enuncia -sin creérselos-, para dominar a los humanos embrutecidos por las doctrinas.

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada